Maurice: Professeure Ameenah Gurib-Fakim, une écologiste à la tête du pays

La petite île qui porte le nom de Maurice au large des cotes africaines est un exemple pour l’Afrique et pour de nombreux pays dans plusieurs domaines. Sur le plan des droits humains, ce pays a montré l’exemple, en particulier, par la création d’une Commission Justice et Vérité (CJV) qui a commencé ses travaux en 2009 les terminant en 2011 par la soumission au gouvernement d’un rapport en quatre volumes. Les problèmes que la CJV devait examiner étaient relatifs à l’esclavage, qui avait impliqué plus de 66 000 victimes en provenance  d’Afrique d’Inde et de Malaisie, avant l’abolition de ce phénomène qui a eu lieu en 1835.

Bien que la CJV était composée de personnalités mauriciennes, elle avait été présidée par un sud-africain, le Pr Robert Shell, auquel a succédé un autre compatriote de Mandela, Dr. Alex Boraine. Ce choix, de deux personnalités étrangères pour présider une Commission aussi importante, démontre suffisamment la volonté politique que le gouvernement mauricien avait pour éviter que des intérêts partisans influencent les conclusions de la CJV.

Cette fois-ci, c’est avec l’élection d’une femme, en la personne de la Professeure Ameena Gurib-Fakim, une scientifique de renommée mondiale, que le pays a terminé la période pour la réalisation des Objectifs du millénaire du développement.

Voici un article que j’ai écrit sur les réactions des africains sur cette élection, publié en premier sur le réseau globalvoices online en français. La révision a été faite par Lova Rakotomalala responsable des contenus originaux concernant les pays francophones publiés sur Global Voices.

Prof. Ameena Gurib-Fakim, nouvelle Présidente de l'ile Maurice. Source: zilmoris.mondoblog.org

 Ameena Gurib-Fakim, scientifique et nouvelle Présidente de l’île Maurice. Source: zilmoris.mondoblog.org

En élisant une femme à la présidence, l’Ile Maurice marque d’une pierre blanche une belle étape de son histoire.

En effet, suite à la démission, le 29 mai dernier, de Kailash Purryag de la présidence, Ameenah Gurib-Fakim a été élue à l’unanimité par l’Assemblée nationale mauricienne, le 5 juin pour le remplacer. Jusqu’à présent cette éminente personnalité était connue pour ses travaux scientifiques.

En effet, la professeure Gurib-Fakim a publié plus de 28 livres qui sont vendus dans le monde entier et sont utilisés comme référence pour les étudiants et les chercheurs. Elle est Docteur Honoris Causa de l’Université Pierre et Marie Curie, anciennement connue comme Université de la Sorbonne. Elle est professeur honoraire de l’Université d’Afrique du Sud (UNISA) à Pretoria. Elle elle est aussi lauréate du prix l’Oréal-UNESCO ainsi que d’autres distinctions honorifiques dont celui de l’Ordre du “Chevalier de l’Ordre des Palmes Académiques” par le gouvernement français.

L’accession d’une femme à un poste de ce niveau a soulevé l’enthousiasme de la blogosphère africaine.

Carolejeune Mauricienne blogueuse sur les médias, sur la musique et la sociolinguistique, écrit, pleine d’enthousiasme, sur la particularité de cette scientifique apolitique promue à la présidence de l’Ile Maurice :

Chers amis de Mondoblog et d’ailleurs, ce vendredi 5 juin 2015 marque un jour historique dans le parcours de mon pays… En effet, la première femme à assumer les fonctions de président de la République de l’Ile Maurice sera intronisée cet après-midi. Elle se nomme Ameenah Gurib-Fakim.

Contrairement aux présidentes Dilma Roussef, Park Geun-hye, Ellen Johnson Sirleaf ou encore Cristina Kirchner, Ameena Gurib-Fakim n’a pas de carrière en politique. La présidente mauricienne est une brillante scientifique auréolée de nombreux prix et distinctions internationaux…

Ahhh, les subtilités ethniques, on y revient. Cette nomination, car les présidents de la République de Maurice ne sont pas élus au suffrage universel, revêt plusieurs aspects. Je laisserai le soin aux journalistes d’analyser les stratégies ethnopolitiques derrière cette nomination. Ne soyons pas dupes, en cette période de campagne électorale, il y a de bonnes raisons.

Ameenah Gurib-Fakim dans son laboratoire  Centre technique de coopération agricole et rurale - Domaine public

A cette expression de satisfaction ont fait écho quelques uns de ses lecteurs, dont Seydou Koné, du Mali:

beaucoup de chance à elle et à votre pays. un autre pas vers l’égalité du genre.bravo au peuple mauricien

Eli du Togo s’associe à ces félicitations et pose une question sur le système politique à Maurice:

Bon à savoir. Il s’agit d’une embellie qui devrait inspirer d’autres en Afrique et dans le monde. Par qui est nommé le président? Bon vent à elle.

Carole explique la procédure comme suit:

Merci Eli! Elle a été nommée par le Premier ministre, et élue par les membres du Parlement mauricien. Et oui, c’est une bonne chose qui rejaillit sur le continent africain et autre. Ceci devrait certainement inspirer d’autres pays

La communauté ivoiro-allemande sur Monsaphir TV, lutte pour la promotion  des droits de la femme et  commente la nouvelle en ces termes:

Sa nomination n’était pas une surprise, mais Ameenah Gurib-Fakim pensait avoir un peu plus de temps devant elle avant d’entrer en fonction. En décembre 2014, le gouvernement avait promis de mener pour la première fois une femme au poste honorifique de président de la République de Maurice. Le nom d’Ameenah Gurib-Fakim, scientifique de renom, avait alors fait consensus….

Ameenah Garib-Fakima, 56 ans, a la carrure d’une pionnière. Ce n’est en effet pas la première fois que la scientifique se fait une place dans un environnement très masculin. Première femme professeur d’université de Maurice, elle fût également la première doyenne de la faculté des sciences, entre 2004 et 2010.

Le blog intitulé “De l’Ile Maurice” sur medipart  se demande quel impact cette nomination va avoir sur la région :

Une belle avancée pour la démocratie à l’Ile Maurice. Chercheuse de renommée mondiale, (voir ses conférences TED en bas), la Présidente de l’Ile Maurice, va-t-elle insuffler un nouveau souffle sur Mauritius ? Ancienne vice chancelière de l’université de Maurice, Madame Gurib-Fakim passe de la science à la politique. Issue de la minorité musulmane, Madame Gurib-Fakim respectée et scientifique de renom va maintenant gérer le pays.

Préoccupé par le sort des prisonniers, particulièrement des victimes d’erreur judiciaire, Ismael Nazir sur lemauricien.com,  regrette que la nouvelle présidente n’ait pas pensé aux prisonniers:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :