Quelques astuces pour commencer à comprendre le langage des ados

 Sous le titre Décoder l’utilisation de la langue française par les adolescents, Rakotomalala, responsable des contenus originaux concernant les pays francophones publiés sur Global Voices, nous explique les éléments de base pour comprendre les langages utilisés par les jeunes, principalement des banlieues françaises. Ces moyens de communication entre les jeunes jouent un rôle important dans l’intégration culturelle entre eux dont les parents proviennent souvent d’horizons culturels différents. 

La tour de Babel vue par Pieter Brueghel l'Ancien CC-BY-20

Une langue tire sa raison d’être dans les besoins de communication de la société qui l’utilise, par conséquent, toute langue vivante est  par nature vouée à évoluer  avec les changements sociétaux. Sous l’impulsion des progrès technologiques, ces évolutions progressent parfois très vite dans certains groupes démographiques, notamment chez les adolescents qui créent un chiasme non-négligeable dans les rapports entre les parents et les adolescents.

Ce gouffre n’est pourtant pas insurmontable mais il nécessite néanmoins un décodeur. Voici quelques astuces  pour commencer à comprendre ces  codes et à rouvrir à nouveau les canaux de communication, obstrués par des facteurs générationnels, technologiques et parfois culturels. Ces nouveaux codes ont été catégorisés arbitrairement en quatre groupes qui se chevauchent par endroit :

Le langage SMS

Le langage SMS est apparu afin de réduire la longueur des mots utilisés pour ne pas dépasser le nombre de caractères autorisé par les messages SMS, où dans le but d’accélérer la saisie de l’énoncé sur le clavier d’un téléphone. Ces contraintes technologiques ont donné naissance à une forme de communication qui semble plus intuitif aux utilisateurs fréquents des messageries SMS et moins familiers aux parents qui ne reconnaissent pas la majorité des codes utilisés.

Poster contre le langage SMS écrit lui-même en langage SMS. CC-BY-20

Voici quelques variantes du langage SMS décodées par le forum Gralon pour les non-initiés :

– je vi1 2 = je viens de
– tu vas réu6r = tu vas réussir
– il tadi 2 / ke = il t’a dit de / que
– koi 2 9 = quoi de neuf ?
– 2m1 = demain

Cette transformation utilitaire du langage n’est pas pour plaire à tout le monde. Désirée explique dans un billet ce qui l’irrite le plus à la lecture d’un texte en langue SMS:

Le langage sms, c’est bien pour les ados qui veulent se montrer rebelles, pour les gens qui ne veulent pas passer trop de temps à rédiger un sms et qui s’en fichent des fautes et ceux qui s’en fichent que leur correspondant pourrait ne pas comprendre leurs hiéroglyphes immondes. On l’aura compris, je suis contre ce langage préhistorique! J’avais moi-même testé quand j’étais ado et même dans ma période la plus rebelle, je n’ai pas pu me résoudre à envoyer des messages bourrés de fautes [..]  LE problème c’est que la plupart des gens qui écrivent en langage sms ne font plus aucune différence entre mail et sms, ce qui n’est pas trop grave quand il s’agit de quelqu’un qu’ils connaissent mais qui devient un sérieux manque de respect quand il s’agit de quelqu’un qui leur est totalement inconnu.

Tizel s’insurge aussi de la propagation de ce mode de communication. Il dénonce une incompréhension accrue des messages:

Le langage SMS est un vrai fléau. J’en veux pour preuve le nombre de forum devenus illisibles à cause de l’absence totale de modération sur ce plan. Mais ce fléau se retrouve également dans les blogs : la majorité des Skyblogs sont formulés en SMS; les commentaires déposés sur les blogs sont eux aussi, la plupart du temps, en SMS. Même certains mails que l’on m’envoie sont rédigés de la sorte. En plus, à force de rédiger de la sorte, je suis persuadé que ces personnes déforment leur orthographe.

Certains trouvent pourtant une opportunité à cette évolution. De nombreux romans jeunesse utilisent le langage SMS comme gage de réalisme. D’autres, comme Philippe Marso ont même écrit un roman entier en langue SMS.

Le langage verlanisé ou anglicisé

Le verlan est une forme d’argot français qui consiste en l’inversion des syllabes d’un mot. Quand il est doublé d’une anglicisation du vocabulaire, il devient parfois difficile à comprendre pour les parents. Voici un glossaire des mots les plus utilisés par les adolescents par Magic Maman:

Accoucher : se dépêcher.
Arracher (s’) : partir.
Auch : verlan de chaud, cela signifie « c’est difficile ».
Balle (c’est de la) : c’est génial (une variante est possible avec « c’est chanmé !).
Boss : chef de bande ou patron.

Mais les influences sur la langue ne proviennent pas que de l’anglais. La diversité dans les cités a impacté l’utilisation de la langue française parmi les jeunes. Des expressions provenant des anciennes colonies (Afrique de l’ouest et du nord en majorité) se sont intégrées naturellement dans cette évolution.  Un projet d’un groupe de jeunes d’Évry (Essonne) intitulé Lexik des cités compile les expressions les plus utilisées par les jeunes des cités dans un livre. Voici une présentation du projet, trouvé sur le blog le Dino Bleu:

 ”J’suis en pit », « Lui, c’est un 100 % roro », « J’ai invité mes sauces au barbecue », « Laisse tomber, il a toyé tout le monde!», « Aujourd’hui je rince un grec », « Je suis yomb de toi »…Vous avez tout compris ? Non ? C‘est exactement pour cette raison qu’un groupe de jeunes originaires d’Evry a imaginé ce Lexik des cités illustré, bien différent des dictionnaires classiques. Pour que tous les durons (parents) autour d’eux puissent enfin comprendre leurs expressions et mieux les interpréter ! Voici la peinture d’une banlieue qui déchire, drôle et optimiste, où le langage est coloré et va du verlan à la métaphore, en passant aussi bien par l’arabe, l’africain, l’argot, le gitan que par… l’ancien français !

Le Dino bleu ajoute :

C’est surtout l’intégration qui caractérise cet ouvrage. La juxtaposition de sensibilités, d’inspirations, de cultures, d’idées,… venues des quatre coins du monde et qui trouvèrent vite dans leur isolation forcée les conditions idéales pour se mélanger loin du conformisme ambiant si peu porteur d’inventions. Trop souvent présentés comme des zones de non-droits où ne règnent que la violence et les trafics en tous genre, en général par des médias en quête de ce sensationnalisme qui garantit une certaine audience, les cités développent en fait leur culture propre depuis un certain temps. Une identité forgée à partir de toutes ces civilisations d’Afrique, d’Asie, d’Europe de l’Est et d’ailleurs qui trouvèrent là un creuset où couler cet alliage dont on n’a pas encore pleinement mesuré la richesse.

Le langage  des réseaux sociaux ou l’argot Internet  

Une autre évolution ayant pour origine les avancées technologiques, le langage du numérique ou encore l’argot internet permet d’accélérer l’écriture, ponctuer un propos mais aussi de signifier rapidement qu’un message a été lu ou compris. L’essentiel étant de transmettre en temps réel un message ou une idée à son interlocuteur. Ce langage est en évolution permanente de par l’impact croissant de la culture web sur le grand public. Des sites comme urban dictionary ou  know your meme ou sont maintenant des sites de références pour mieux comprendre la culture web. La liste de termes d’ argot internet s’agrandit bien sûr rapidement. Certains termes sont déjà passés dans le langage écrit commun comme par exemple: FYI ( for your information),  JDCJDR (je dis cela, je dis rien) ou  BRB (Be Right Back).

Internet joue certainement un rôle à double tranchant sur l’évolution des langues en général.  Il est d’un côté, un accélérateur de la disparition des langues, par son rôle d’uniformisation des moyens de communications. Mais il joue aussi un rôle dans la préservation des langues menacées, de par l’établissement de communautés qui veillent à la conservation des langues dans leurs formes traditionnelles.

Malgré les protestations multiples contre les écarts de langage et faute de syntaxe, il semble pourtant futile d’empêcher à tout prix l’évolution d’une langue qui suit les évolutions de la société moderne. L’essentiel n’est-il pas au final de pouvoir créer une relation avec autrui, de transmettre un savoir, une idée  et de se comprendre ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s