Débat autour de Yoweri Museveni seul Président que 70% des ougandais aient connu depuis leur naissance

On ne peut pas ne pas reconnaitre au Président Yoweri Museveni d’avoir conquis le pouvoir d’un pays ruiné et d’avoir réussi à le reconstruire d’une manière remarquable. Lorsqu’il est arrivé au pouvoir en 1986, suite à une longe guérilla, et une grave instabilité politique accompagnées d’une longue période de récession économique. Le dictateur et cannibale burlesque Idi Amin Dada avait détruit les bases de la société contraint les indo-pakistanais et les britanniques à quitter le pays massivement. On estime qu’ils furent plus de 50 000 à quitter le pays quant aux victimes de la dictature on estime qu’elles pourraient avoir atteindre le chiffre de 250 000.

En 1978, j’ai eu la chance de faire partie de la première mission du système des Nations unies qui devait évaluer les besoins les plus urgents du pays. A Kampala, tout était bloqué. Pas d’eau, pas d’électricité, aucun service en fonctionnement, les marchés fermés, etc. Les principaux fonctionnaires de l’administration publique étaient logés dans un hôtel, ayant de l’eau et de l’électricité seulement quelques heures par nuit.

Nous avions du emmener même le pain de Nairobi. Au marché de Kampala, on ne trouvait  que quelques rares bananes à des prix exorbitants. Le restaurant de l’hôtel ne servait que le matoké.

De ce pays déchiqueté, le Président Yoweri Museveni a réussi à recoller les morceaux et à bâtir une économie solide, une des plus florissantes de l’Afrique avec des taux de croissance parmi les plus élevés de toute l’Afrique sur une longue période conduisant à une forte amélioration des conditions de vie de la population. Au point que l’Ouganda est un des rares pays africains à atteindre plusieurs des objectifs du millénaires du développement, en particulier la réduction de la pauvreté. L’année dernière, la croissance a été de 6,6 en 2014 et pour cette année 2015 elle pourrait atteindre 7 pour cent.

Après 26 ans de pouvoir, il ne semble toujours pas fatigué et ambitionne de se représenter. La blogueuse  Prudence Nyamishana nous présente les réactions de certains membres de la blogosphère de son pays et africaine dans cet article traduit en français par la blogueuse malgache Lalatiana Rahariniaina et publié sur le réseau globalvoicesonline.org sous le titre de Après 29 ans au pouvoir, le président ougandais Museveni ne quittera pas son poste.

Uganda's president Yoweri Museveni. Photo released under Creative Commons by Russell Watkins/Department for International Development UK).

Soixante-dix pour cent des Ougandais sont âgés de moins de 29 ans. Ce qui signifie qu’ils ont vu un seul président depuis leur naissance. Le 26 janvier 2015, le président ougandais Yoweri Museveni et son Mouvement National de Résistance (NRM) ont célébré 29 années au pouvoir. Cette journée a été constituée en ‘journée de libération’ pour marquer le jour où le NRM a pris le pouvoir après une lutte armée de cinq ans contre les gouvernements répressifs.

Le président Museveni vise déjà un sixième mandat présidentiel. Des panneaux d’affichage érigés par son parti qui soutient son intention de continuer à gouverner le pays sont partout dans la capitale Kampala. Pour recueillir le soutien de la population pour son intention de se présenter à nouveau, Museveni a été vu en train de distribuer des enveloppes brunes d’argent aux pauvres lors des rassemblements publics, chose qu’il a déjà faite dans le passé. Il a été raillé par les Ougandais, pour utiliser la trésorerie nationale comme son guichet automatique (GAB).

Pour de nombreux Ougandais, la célébration de la journée de libération était une occasion pour faire le bilan de gouvernance du NRM et de ses promesses, faites lorsqu’ils sont arrivés au pouvoir.

George Ayittey, un professeur d’économie ghanéen et président de Free Africa Foundation à Washington DC, a rappelé au reste du monde ce que Museveni a dit lorsqu’il est devenu président de l’Ouganda en 1986:

En 1986, le président Museveni nous a dit, “Aucun président africain ne devrait être au pouvoir pendant plus de 10 ans.” Il est lui-même toujours là 29 ans plus tard.

Le journaliste ougandais Benjamin Rukwenge est lassé des utilisateurs de Twitter qui se plaignent au lieu de faire quelque chose à propos de la situation:

Quels que soient vos opinions, vous ne pouvez pas discuter avec l’Histoire. Le #NRM a accumulé beaucoup de points positifs durant ses 29 ans. Ne vous plaignez pas, rectifiez les erreurs. #JourneeDeLiberation

Edgar Mwine, un diplômé en économie au chômage, a cité l’avocat, analyste politique et entrepreneur Godber l’Tumushabe:

“C’est insultant pour l’intelligence des Ougandais de dire que 29 années du régime de Museveni sont un succès” @godbertumushabe #HotSeat

Museveni a déclaré dans un discours qu’il ne donnera jamais le pouvoir à l’opposition, qu’il appelle ‘les lloups’, parce qu’il a le soutien de l’armée. Commentant un article sur ce discours sur le site du Daily Monitor, “Kabindist” a écrit:

Donc, c’est officiel. Il n’y a pas de démocratie en Ouganda. Il s’agit de Museveni et de son Armée. Alors, toutes ces années, quand il a dit qu’il avait besoin de plus de temps pour professionnaliser l’Armée, il voulait dire laver son cerveau pour qu’elle se plie à toutes ses volontés. Les limitations de mandats, les limites d’âge et tout ce qui précède ne sont que des jeux pour Kaguta. Il croit que son jour n’arrivera pas. Avec ses loups du NRM le pays est déjà déchiré et comme un loup avide, il ne lâchera pas prise. A qui ment-il?

Commentant le même article, Bishanga Paul a averti Museveni:

Kadhafi possédait une armée puissante et était soutenu par le peuple qui a été, par la suite, dégouté et l’a trainé à travers la ville pour le voir quitter la Libye pour toujours.

Et pour enfoncer le clou, le Daily Monitor a publié une caricature :

CARICATURE: Aujourd’hui marque les 29 ans de la prise du pouvoir par le NRM @chrisatuk #NRM29

Dans ses critiques contre Museveni, Charles Onyango Obbo, rédacteur en chef du Mail & Guardian Africa, a comparé Museveni au chef de l’Armée de résistance du Seigneur, Joseph Kony:

Pour commencer, Kony et Museveni sont les dirigeants après-1986 ayant exercé le plus long mandat de leurs organisations respectives. A compter de son arrivée au pouvoir, Museveni a été chef du NRM, président et commandant en chef pendant 29 ans. Kony est effectivement devenu chef de la LRA en 1988, après l’avoir bricolé les restes et autres lies du mouvement vaincu de l’Esprit Saint d’Alice Lakwena.

Kony a donc dirigé la LRA pendant 26 ans, le seul chef rebelle de l’époque Museveni qui est proche du Chef. Quand il s’agit de la survie militaire et politique, donc, Museveni et Kony font partie d’une classe à part. Je pense que Museveni survivra à Kony, mais des choses étranges se produisent dans notre coin de pays, alors, je ne miserai pas non plus la-dessus.

En décembre de l’année dernière, le Daily Monitor a cité Museveni disant que les Ougandais ne veulent pas qu’il parte. Il attribue son enracinement au pouvoir aux Ougandais eux-mêmes, qui continuent de le réélire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s