Les Objectifs du millénaire pour le développement, un mirage pour la Guinée

L’heure du bilan approche pour évaluer les performances des pays membres de l’ONU dans leurs efforts pour la réalisation des Objectifs du millénaire du développement (OMD). Les états membres de l’ONU avaient élaboré et adopté en 2000, à New-York, 8 objectifs que chacun d’eux devait atteindre au cours des 15 années successives, c’est-à-dire au plus tard en 2015. Ces 8 objectifs sont divisés en 21 cibles et 60 indicateurs.

Comme, il ne manque plus que quelques mois d’ici la fin de la période, il est temps que l’on commence à voir où nous en sommes dans notre pays. Pour ce faire, afin d’éviter toute interprétation biaisée par des sensibilités politiques ou d’autre nature, j’ai utilisé les informations publiées par le site du PNUD Conakry, sans ajouter de commentaires personnels, pour bien faire voir comment notre pays a raté encore une fois le coche.

Objectif N° 1:  Réduire de moitié, entre 1990 et 2015, la proportion de la population dont le revenu est inférieur à un dollar par jour

Résultat atteint par la Guinée:

En dépit de ses immenses potentialités économiques, le pays est loin de l’objectif visé. Au contraire, sous l’effet conjugué des crises politiques et institutionnelles de ces dix dernières années, l’incidence de la pauvreté s’est sensiblement accrue, passant de 49,2% en 2002/03 à 55,2% en 2012. Plus de 6 millions de guinéens vivent en dessous du seuil de pauvreté.

S’agissant de la malnutrition et de la faim, l’insuffisance pondérale, quoiqu’en baisse, concerne 22% des enfants de moins de cinq ans. Par rapport à la population vivant en dessous du minimum calorique, moins d’une personne sur cinq (18,2%) est concernée par le phénomène.

Objectif N°2: D’ici [2000] à 2015, donner à tous les enfants, garçons et filles, partout dans le monde, les moyens d’achever un cycle complet d’études primaires.

Résultat atteint par la Guinée:

Des progrès significatifs ont été enregistrés en matière de scolarisation. Mais beaucoup d’efforts restent à faire pour atteindre l’éducation universelle à l’horizon de 2015 et pour améliorer la qualité de l’enseignement. Le taux net au primaire a progressé de 33% en 1994 à 58% en 2012 (le taux brut est passé de 47% à 86% durant la même période).

Cependant, le taux d’achèvement au primaire n’est que de 58,7% en 2012, contre 40,4% en 2002. Ce niveau traduit la faible qualité de l’enseignement dispensé, l’inefficacité interne du système et sa faible capacité à réduire les abandons scolaires et à encourager l’assiduité des enseignants et surtout des élèves, en les incitant à poursuivre leurs études jusqu’à la fin du cycle du  primaire.

Objectif N° 3: Éliminer les disparités entre les sexes dans les enseignements primaire et secondaire d’ici à 2005, si possible, et à tous les niveaux de l’enseignement en 2015 au plus tard

Résultat atteint par la Guinée:

S’agissant de l’autonomisation des femmes, seulement une femme sur cinq (21,5%) était salariée en 2012 dans le secteur non agricole. Cette proportion n’a que faiblement augmenté depuis 1994 (18,6% en 1994), du fait de la structure même du marché du travail marquée par la prédominance des emplois vulnérables (indépendants et aides familiaux), de la faible  qualification de la main d’œuvre féminine et de la survivance de certaines pesanteurs d’ordre socioculturel.

Par ailleurs, il est à noter que les femmes continuent d’être sous représentées dans la vie publique et politique. En 2012, elles ne représentaient que 20,6% des conseillers au sein du Conseil National de la Transition, qui fait office de parlement, contre 17,5% en 2000. Au niveau du Gouvernement, seulement 12,5 % des ministres sont des femmes.

Objectif N° 4: Réduire de deux tiers, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans

Résultats obtenus par la Guinée:

En dépit de ces progrès, le pays est encore loin de l’objectif visé, en raison des faiblesses du système de santé. Nombreux sont les enfants qui décèdent par suite d’affections pour la plupart pouvant être évités par des comportements plus sains de la population, une meilleure hygiène personnelle, un environnement plus assaini, une meilleure nutrition, etc.

Objectif N° 5 : 1. Réduire de trois quarts, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité maternelle/ N°2 Rendre l’accès à la médecine procréative universel d’ici à 2015

Résultats atteints par la Guinée:

En ce qui concerne l’accès à la médecine procréative universel, les avancées sont plus modestes. La prévalence contraceptive, déjà faible, a globalement diminué, passant de 6,8 % en 2005 à 4,6 % en 2012. La fécondité des adolescentes était de 28% en 2012, contre 32% en 2005. La couverture des soins prénataux a augmenté et est passée de 82% à 85,2%.

La proportion des besoins en planification familiale non satisfaits a marqué une augmentation, en passant de 21,2% à 23,7%, ce qui contribue à l’éloigner de la cible (8,2%) en 2015 avec des variations en défaveurs du milieu rural, des pauvres et de certaines régions administratives.

Une plateforme multi-fonctionnelle, composée d’une décortiqueuse à céréales, un moulin, un alternateur multi-courant d’une capacité de 15KVA qui alimente un poste pour la soudure,, un chargeur de batterie. Le tout drainé par un moteur diesel. Crédit photo/ gn.undp.org
Une plateforme multi-fonctionnelle pour alléger les travaux domestiques des femmes. Crédit photo: gn.undp.org

Objectif N° 6: D’ici à 2015, avoir enrayé la propagation du VIH/sida et avoir commencé à inverser la tendance actuelle

Résultat atteint par la Guinée:

Quoique relativement modeste comparée à la réalité d’autres pays de la sous-région, la prévalence du VIH reste préoccupante. Au sein de la population âgée de 15-24 ans, elle s’élève à 0,9%, un niveau quasi stationnaire depuis 2007. La baisse de l’utilisation du condom lors des relations sexuelles à haut risque (de 33,3% à 23,2% entre 2007 et 2012) représente une menace non négligeable. Par ailleurs, la proportion de la population au stade avancé de l’infection au VIH traitée aux ARV s’est accrue de 52% en 2008 à 64,3% en 2012.

L’incidence du paludisme, première cause de morbidité et de mortalité dans le pays, a augmenté de 92,5 pour 1000 en 2001 à 109 pour 1000 en 2012 tandis que la proportion d’enfants de moins de 5 ans dormant sous moustiquaire imprégnée d’insecticide est passée 1,3% en 2005 à 26% en 2012.

Objectif N° 7: Intégrer les principes du développement durable dans les politiques et programmes nationaux et inverser la tendance actuelle à la déperdition des ressources naturelles

Résultat atteint par la Guinée:

A l’instar des autres pays de la sous-région, la Guinée reste confrontée à de réels défis en matière de gestion durable de l’environnement. La proportion des zones forestières est passée de 29,6% de la superficie territoriale en 1990 à 26,5% en 2011. A cela s’ajoutent l’impact en termes de dégradation des sols et l’effet des changements climatiques ainsi que l’exploitation abusive des autres ressources (17,5% des espèces de mammifères, 0,1% de celles de poissons, 2,8% des espèces d’oiseaux et 1,4% parmi les plantes sont menacées d’extinction).

Par ailleurs, la proportion de  la population utilisant une source d’eau potable améliorée, après avoir augmenté de 51,2% en 1994 à 73,8% en 2007, a baissé pour se situer à 67,8% en 2012. L’accès aux infrastructures d’assainissement n’est pas des meilleurs non plus. La proportion d’individus vivant dans des ménages disposant d’un système sain de débarras des ordures s’établissait à 9,8% en 2012 contre 19,4% en 2002.

Objectif N° 8:  Construire un partenariat mondial pour le développement

Résultat atteint par la Guinée:

La réalisation des OMD en Guinée pose un réel défi, tant les investissements nécessaires sont importants, nonobstant les changements requis dans la gouvernance et la qualification des politiques de développement. Selon l’évaluation des besoins réalisée en 2006/07, un investissement de 12,2 milliards USD sur une période 10 ans (soit une moyenne annuelle de 1,2 millions USD ou 110 USD par habitant et par an) serait nécessaire pour atteindre les OMD, ce qui est hors de portée pour la Guinée dans le contexte actuel de son économie. Il est à noter que l’APD en faveur de la Guinée ne représentait que 208 millions USD en 2011, nettement en dessous de l’aide accordée à d’autres pays de la sous-région

Quant à l’accès des populations aux nouvelles technologies, les progrès sont fulgurants au niveau de la téléphonie cellulaire (le taux de pénétration est passé de 5,8% en 2003 à 43,9% en 2012), mais l’accès à l’internet haut débit reste marginal. Ainsi, des efforts restent à fournir pour accroître la qualité des services et s’approprier des TIC pour en faire des véritables outils de développement.

Les statistiques pour évaluer les progrès enregistrés étant fournies par le gouvernement, il est clair que ce n’est pas toujours qu’elles présentent de manière objective la situation. Par exemple il est difficile de comprendre comment est-on arrivé à un pourcentage de deux tiers de guinéens ayant accès à l’eau potable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s