Cambodge: La LICADHO arbitre dans le Comité électoral national

Les deux principaux partis politiques, le Parti du peuple cambodgien (PPC) du Premier ministre Hun Sen et le Parti de sauvetage national du Cambodge (CNRP) se sont accordés pour nommer la Présidente de la Ligue cambodgienne pour la promotion et la défense des droits de l’Homme (LICADHO), comme 9ème membre du Comité national électoral (CNE).

Ce n’est que ce 12 aout 2014 que je vois cette information publiée sur le site gouvernemental du Cambodge, akp.gov.kh, sous la signature de C. Nika. On peut y lire, notamment:

“Sur la base de votre expérience de travail et votre conscience patriotique, le PPC espère vivement que votre décision d’accepter ce rôle important a contribué à la mise en œuvre harmonieuse et efficace de l’accord sur la résolution politique entre le PPC et le Parti de sauvetage national du Cambodge (CNRP) le 22 juillet 2014″, a ajouté la lettre….

Le même jour, le CNRP a également envoyé une lettre pour exprimer ses profonds remerciements et ses félicitations à Mme Pung ChhivKek pour avoir accepté la demande du CNRP d’être un nouveau membre du CNE.

A rappeler que le 22 juillet dernier, le PPC et le CNRP ont conclu un accord politique pour mettre fin à la crise politique d’un an après les élections législatives de juillet 2013.

Selon cet accord politique, le PPC et le CNRP sont convenus de réformer le CNE qui est composé de 9 membres dont 4 sélectionnés par le Parti politique au pouvoir, 4 par les Partis politiques qui ont des sièges à l’AN, mais qui ne participent pas à la coalition avec le gouvernement et 1 par l’accord entre les Partis politiques ayant des sièges à l’AN.

Cette information me fait particulièrement plaisir car lorsque j’étais responsable de l’éducation civique, de la formation et des contacts avec les médias internationaux dans la province de Kandal qui entoure la capitale de ce pays, au sein de la mission de paix de l’ONU, du nom de Autorité provisoire des Nations unies au Cambodge (APRONUC), j’avais soutenu la LICDHO qui était à ses débuts en 1992, sous la présidence de la Dr. Kek Galabru (Pung Chhiv Kek), à peine retournée dans son pays après un long exil à l’étranger. On avait monté ensemble des sketches humoristiques décrivant l’importance de la participation aux élections, malgré les menaces des Khmers rouges, l’impossibilité que quelqu’un d’autre connaisse le choix d’un électeur dans le secret de la cabine, le respect du choix de chacun, etc.

Source: unmultimedia.org
Source: unmultimedia.org

Ça se voit que je suis fier de cette contribution? Elle fut une des missions pour la paix de l’ONU la plus réussie. Elle fut créée le 28 février 1992, par la résolution 745 du Conseil de sécurité des Nations unies.

Pendant toute ma carrière aux Nations unies, cette période est celle dont je me rappelle avec le plus de plaisir, malgré les dangers permanents dus aux menaces des terroristes, les horaires de travail pouvant atteindre 12 heures en pleine brousse et les dangers naturels telles que les morsures de serpents. Avec mes 42 volontaires internationaux nous avons formé plus de 6500 agents électoraux locaux. Des journaux comme Bangkok Post, The Guardian, Le Monde, des TV françaises canadiennes, américaines, etc. avaient fait des services sur nos activités. Newsweek nous avait même réservé une page de couverture.

Le jour des élections, il y a tellement plu que j’étais découragé. Je suis allé au bureau comme d’habitude à 6 heures du matin. Convaincu que les électeurs ne se seraient pas déplacés, je n’ai commencé mon tour des bureaux électoraux que vers 9 heures, soit 2 heures après le début des opérations. Lorsque j’ai vu les files d’électeurs qui étaient longues de plusieurs centaines de mètres, je me suis dit que c’était une exception due au fait que c’était la zone la plus habitée, au 2ème bureau, lorsque j’ai vu que là aussi il y avait des centaines d’électeurs qui attendaient patiemment leur tour, je ne me rappelle plus quelle excuse j’avais trouvée pour l’expliquer. J’étais pressé de voir ce qui se passait dans les autres bureaux. Partout, c’était la même chose malgré la pluie, la boue et les

Des cambodgiens attendant leur tour lors  élections du 23 mai 1993. Source: unmultimedia.org
Des cambodgiens attendant leur tour lors élections du 23 mai 1993. Source: unmultimedia.org

difficultés de transport. En voyant cette affluence qui dépassait toutes nos attentes, je me suis senti abattu. Une fatigue s’était emparé de tout mon corps. Notre travail était entrain de réussir du point de vue purement de l’organisation technique des élections. On s’y était donné corps et âme. Lors de ma dernière conférence d’éducation civique, plus de 3500 villageois étaient venus pour m’écouter. Des jeunes étaient même montés sur les arbres.

Tandis qu’au niveau national, les résultats ont atteint 90 pour cent, dans notre province, nous avons enregistré plus de 92 pour cent et avec seulement 2 pour cent de bulletins nuls ou blancs. C’est la plus grande satisfaction de ma carrière aux Nations unies. On a obtenu ces résultats grâce au fait que les signataires des Accords de Paris avaient respecté leur engagement et la population a joué son rôle jusqu’au bout.

Parti de Vienne le 11 juin 1992 en compagnie d’un collègue norvégien, nous avons fait un voyage sans escale jusqu’à Bangkok. Plus de 17 heures en changeant de date sans avoir eu une seule heure de nuit, à cause du décalage horaire et de l’heure de départ. Heureusement, la compagnie Lauda Air avait des fauteuils en première classe qui se transformait en lit. Avant cette expérience, j’avais voyagé en business ou en première dans différentes lignes (British, Swiss, Air Afrique, Ethipian, etc.), mais aucune n’offrait la qualité de services de cette petite compagnie. On pouvait donc se reposer à volonté. Nous ne sommes restés que quelques heures dans la capitale thaïlandaise.

Lorsque nous sommes arrivés à Phnom Penh, les gens nous arrêtaient dans les rues pour nous remercier d’être venus les aider. Les traces de la guerre étaient visibles partout. Au début, même en ayant de l’argent, il était difficile de trouver à manger ou des maisons à louer. Nos bureaux ou nos logements étaient le plus souvent des batiments préfabriqués. Une seule banque était ouverte. On ne pouvait téléphoner à l’étranger qu’à la poste centrale. Naturellement, il n’y avait ni eau ni électricité et ce dans la plus grande partie de la ville. C’était pire que Conakry aujourd’hui!!

Moi, j’ai eu la chance d’habiter sur un paquebot japonais transformé en hôtel de luxe, le Phnom Penh Floating Hotel. Pour une chambre sous le pont, sans fenêtre, je payais 60 dollars la nuit! Dans les restaurants, si on commandait un poulet à la pékinoise, on vous apportait un poulet entier non découpé. A vous débrouiller! Si vous commandiez une dizaine de cannettes de bière, le garçon laissait toutes les boites sur a table ou la plus proche pour éviter les contestations.

Lorsque j’ai visité ce majestueux site en 1993, nous n’étions pas plus de 10 touristes. Cette année on attend 3 millions contre 200 000 en 2001 (Selon le quotidien Le Monde). Crédit photo: travelrrta.com

Les geckos traversaient allégrement la table sur laquelle vous mangiez. A 18 heures tous les restaurants étaient fermés.

En peu de mois, tout a changé, par miracle! Des chantiers partout ont fait changer de physionomie à la ville: villas, restos, hôtels, des boites de nuit ouvertes jusqu’au petit matin! L’élan lancé alors a continué, malgré les difficultés politiques qui ont continué à semer le chemin du Cambodge. L’industrialisation rapide a laissé des stigmates en créant des inégalités. Mais quelle satisfaction que j’ai ressentie lorsque l’année dernière j’ai acheté une casquette et des chaussures « Made in Cambodia » dans un magasin huppé de Nice!

Une école transformée en salle de torture et de mouroir. Source: subliminal.org
Une école transformée en salle de torture et de mouroir. Source: subliminal.org

L’amour qui me lit à ce peuple joyeux s’explique aussi par le destin commun d’avoir été victime d’une folie aveugle de dictateurs sanguinaires. J’ai visité les écoles transformées en camp de concentration, vu les instruments de torture que les khmers rouges utilisaient contre leur propre peuple. J’ai vu les monuments d’Angkor transformé en champs de ruines laissés à la merci de la brousse tropicale avec des lianes qui ont pu se frayer leur chemin en écartant des blocs de pierre qu’y avaient été transportés par des éléphants, plusieurs siècles plus tôt. C’est pour contribuer à la restauration de la civilisation qui avait distingué ces lieux que la lutte de la LICADHO et ma conviction ainsi que mon engagement personnel pour les droits humains nous ont amenés à collaborer pendant ma mission dans ce merveilleux pays.

Tout cela sera toujours ancré au plus profond de moi-même.  Chaque acte que j’y ai accompli m’a souvent semblé le faire pour le peuple de Guinée.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s