Côte d’Ivoire: Plan d’action sur les droits des femmes

Espérons que le plan d'action pour les femmes aboutira à de meilleures conditions de vie pour les ivoiriennes.
Espérons que ce plan d’action pour les femmes aboutira à de meilleures conditions de vie pour les ivoiriennes – Côte d’Ivoire (Photo credit: austinhk)

Parmi les articles qu’a publiés le dernier numéro du bulletin online de l’Union inter-parlementaire internationale ipu.org, il y a un qui concerne la promotion des droits des femmes en cote d’Ivoire. Voici l’article dans son intégralité.

« En Côte d’Ivoire, les femmes parlementaires ont élaboré un plan d’action en vue du renforcement des droits des femmes et de l’égalité des sexes privilégiant l’éducation et la participation à la vie politique. Cette initiative fait suite à une formation sur la sensibilisation, la communication et le leadership en matière de droits des femmes dispensée par l’UIP en avril dernier à 24 députées et deux députés et à des administrateurs de l’Assemblée nationale ivoirienne.
Très peu nombreuses à l’Assemblée, les députées ivoiriennes entendent mettre en place un groupe de femmes parlementaires pour renforcer la solidarité et acquérir de l’influence afin de faire adopter des plans visant à améliorer la vie des femmes dans le pays. Les objectifs principaux en sont : développer la participation des femmes à la vie politique, éventuellement par des quotas; instruire les femmes sur leurs droits; mettre en place des programmes visant à lutter contre l’analphabétisme parmi les femmes et promouvoir la rescolarisation des filles; enfin, associer les femmes au processus de réconciliation et de reconstruction de la nation. En 2011, la Côte d’Ivoire a élu sa première Assemblée nationale en dix ans, après des années d’instabilité politique et de conflit armé. Pour plus de 90 pour cent des députés, il s’agissait de leur premier mandat.

L’Assemblée ivoirienne a fait de l’égalité des sexes et des droits des femmes un domaine d’action prioritaire. Elle a demandé à l’UIP de lui apporter une nouvelle assistance en vue de mettre en œuvre le plan d’action adopté et d’élaborer une législation de nature à accroître la participation politique des femmes et à prévenir les violences visant les femmes, les filles et les enfants. »

Chers amis lecteurs, après une longue guerre durant laquelle elles ont subi des viols et des violences de toute nature, mal représentées au Parlement national, la violence contre les femmes en Cote-d’Ivoire est une triste réalité. A l’occasion de la Jounrée internationale des femmes, plus tôt cette année, Dao Maïmouna a écrit un billet pour le site abidjan.net sur les violences à l’égard des élèves et étudiantes:

Sié Kambou, représentant le responsable de l’UNICEF, a saisi cette occasion pour livrer les conclusions d’une enquête menée en 2009 sur les VBG dans sept établissements scolaires du district d’Abidjan. « 2,2% des élèves enquêtés ont été victimes de viol, au moins une fois, dont 15,8% au collège/lycée et 10,5% au primaire. 70% des auteurs sont pour la plupart des élèves inconnus. 13,3% ont reçu des avances d’enseignants et 3,3% d’un chef d’établissement. 14,2% ont été victimes d’attouchement, dont 35,5% à l’école/classe, 33,% par un élève et 6,9% par un professeur.

Une autre enquête récente faite dans trois directions régionales fait état du taux ahurissant de 47% des enseignants ayant une relation sexuelle avec les élèves», a indiqué Sié Kambou. Tous les chiffres ont fait dire au représentant de l’UNICEF que la violence faite aux femmes est une réalité en Côte d’Ivoire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s