Guinée: L’administration publique au service du Parti politique du président Alpha Condél

En décembre 2012, l’ONG internationale Human Rights Watch publiait sur son site hrw.org/fr un billet dans lequel, on pouvait lire:

Les observateurs nationaux et internationaux soutiennent que les actions ou l’inaction du gouvernement de Condé ont considérablement aggravé ces tensions. 8entre les ethnies). Il s’agit notamment… des pratiques de nomination discriminatoires qui ont abouti à la désignation par le président d’un nombre disproportionné de personnes appartenant au groupe ethnique Malinké ; et, parfois, de l’utilisation partisane des services de sécurité et du système judiciaire pour réprimer et punir des membres de l’opposition politique pour le simple fait d’exercer leur droit à la liberté de réunion pacifique.

Mamadou Lamine Bah, grand reporter à l’hebdomadaire Le Lynx de Conakry et chef d’un projet sur la prévention des conflits a écrit récemment un article qu’il m’a envoyé et que j’ai le plaisir de partager avec vous. Le langage est quelques fois difficile à comprendre pour ceux qui ne connaissent pas le langage que les journalistes de cet hebdomadaire ont forgé. En cas de difficulté, n’hésitez pas à me contacter pour les explications qui s’avèreraient nécessaires:

Le corps des administrateurs territoriaux en Guinée est fait de bric et de broc. On y trouve tous les corps de métiers. Avec de la chance et de plus en plus rarement on peut y voir même  des Administrateurs civils égarés et désemparés à côtés des menuisiers, des ferrailleurs, des démagogues et autres ronds de cuir plus prompts à voler, mentir ou escroquer. Ou pire encore, pour masquer leur carence intellectuelle et morale, ils plongent dans la politique politicienne. Par les temps qui courent( ou qui ne courent même plus), ils passent leur temps à chercher des militants au RPG. Hypocritement ils font le boulot de commissaires politiques du RPG comme au temps de la Révolution Pendeuse de Sékou pour le PDG/RDA. Dans le secret espoir de se voir nommer Ministre ou Premier Ministre par le Grimpeur.

Pourquoi n’arrivent-ils pas à distinguer des concepts aussi ordinaires que ceux de Gouvernement, Parti  au pouvoir, Etat ( qu’ils sont censés représenter) et services sociaux de base. Avec une obséquiosité rampante, vous les entendez dire à qui-mieux-mieux qu’ils sont au service du Président Alpha Condé. C’est vrai. Mais de quel Alpha Condé s’agit-il ? Ils représentent dans leur territoire de compétence ( Région, Préfecture, Sous-préfecture), le Président de la République, Chef de l’Etat. Pour assurer cette représentation, ils sont dotés, bien ou mal de moyens humains, matériels ou financiers. Ces moyens sont ceux de la République, c’est-à-dire ceux de tous les citoyens, y compris de l’Opposition politique. Les fonctionnaires appartenant à l’Opposition que l’on chasse ou mute comme Mme Tata à Labé et les milliers de Tata du pays, manu militari, on le fait en toute illégalité. Ce sont les impôts et taxes des militants de l’Opposition que l’on prend pour faire la guerre à cette Opposition. Et comme elle n’a pas de recours, la Justice ayant perdu la voix, c’est la voie ouverte pour les conflits, les coups d’Etat et autres troubles violents. Comme à Gueckedou.

English: Guéckédou school, Guinea
Quel avenir pour ces enfants de Guéckédou, Guinée (Photo Wikipedia)

Ils ne sont pas représentants de Alpha Condé Chef du RPG, Parti en compétition avec l’Opposition pour les Législatives et Communales.

Ils n’ont pas pour mandat en particulier de faire la propagande d’un Parti politique fût-il le RPG, arqué ou non.

 Ils ne doivent pas se mêler des élections au sein des Organisations de la Société Civile, y compris des Syndicats. En particulier, ils ne doivent pas se mêler de la désignation des membres des démembrements de la CENI. Malgré l’enseignement ministériel, préfets et gouverneurs cherchent à imposer des présidents de ces structures à la solde du Parti au pouvoir. On a l’impression qu’ils se moquent du Ministre. Comme l’avait fait naguère la pitoyable Oumou Kanté.

C’est pour expliquer tout ça, à ses collaborateurs de terrain qu’Alassane Condé, Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation est en train de parcourir le pays. Un an et six  mois après avoir signé une véritable feuille de route à travers une «  Lettre de Mission aux Administrateurs Territoriaux ». Il vient de se taper Nzérékoré, Faranah, Kindia, Mamou, Labé et Kankan. Il lui reste Boké. Partout, très pédago et accompagné du Directeur National de l’Administration territoriale, il distille les mêmes leçons.

La question est de savoir si ces leçons n’arrivent pas trop tard et si le MATD n’est pas débordé par les extrémistes du RPG qui font et défont l’Administration Publique. Aujourd’hui, quel est l’Agent de l’Administration du Territoire, Préfet, Gouverneur, Sous-préfet, Secrétaire Général, DMR, COC, Directeur du Plan, ou simplement responsable de Service Technique Déconcentré, Maire, Chef de Quartier ou Président de District qui n’est pas RPG ? Aujourd’hui, même les militants des Partis alliés du RPG sont marginalisés voire exclus dans les nominations. Surtout s’ils ne sont pas de l’Ethnie et de la Région du PRG. Lorsqu’un Camara, un Kéita, un Touré ou un Condé ne parle pas maninka, il est très souvent balayé au bénéfice de celui qui  parle cette précieuse langue. Or, le niveau d’interpénétration des ethnies en Guinée est très élevé. Ces noms de famille, on les trouve partout dans le pays. Et c’est ce qui fait qu’il n’a pas brûlé encore malgré les politiciens -pyromanes qui passent leur temps à allumer des feux. Surtout lorsque ces politicards recrutent et ne recrutent que parmi les nuls qui font tout pour provoquer la guerre civile.

Comme Samba Hééri Camara le ci-devant Secrétaire Général Chargé des Collectivités Décentralisées de Lélouma qui a volé l’argent des Collectivités et qui n’est l’objet d’aucune poursuite judiciaire. Et qui, avec arrogance a usurpé la fonction de Préfet aux dépens du Titulaire bloqué au Gouvernorat de Labé à cause des fantasmes d’une puissante dame de Conakry.

English: Human Rights Watch logo Русский: Лого...
Logo d’Human Rights Watch (Photo Wikipedia)

Comme  Kalil Tounkara, représentant préfectoral du RPG et Maire imposé et parachuté de Mali qu’aucun citoyen de la Commune urbaine n’a désigné. Quasi-illettré en français il déclare «  La terre du Fouta appartient aux Diallonké ». Fanfaronnant, il  avoue que sa pick-up immatriculée EP lui a  été remise par la Présidence. «  Celui qui ne veut pas de problèmes suit le RPG »  dit-il avant de conclure : « Tout politicien qui viendra ici après nous, chassez-le ». Nous étions le mercredi 26 Décembre 2012 à Balaki. Cette Sous-préfecture est si enclavée que pour rejoindre Mali dont elle relève, il est plus facile de passer par le Sénégal.

Cet article est rédigé le 08 janvier 13. Le Ministre a donné ses leçons de gouvernance aux Maires, Sous-préfets, Préfets et Gouverneur le Samedi 05 Janvier13.  Nous avons participé à tous ces cours.  Il faut dire que tout le monde n’a pas compris ce qu’a dit le Ministre Condé. Ou bien il y en a qui s’en balancent.  Le Préfet de Labé est déjà parti en campagne RPG dans les Sous-préfectures en commençant par Dionfo et Sannoun.

                BAH MAMADOU LAMINE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s