Afrique: Combien nous coutent nos dictateurs? (1ère partie)

Les scandales et les excès liés à la corruption et au mauvais usage des ressources des états africains par ceux qui sont sensés conduire nos peuples sur le chemin de la prospérité font de temps à autre les choux gras des journaux. Le dernier cas est celui des fils Mubarak. En effet, lematin.ch vient de révéler sur son site web,  que:

Quelques 300 millions de dollars appartenant aux fils de l’ancien président égyptien Hosni Moubarak sont gelés chez Credit Suisse (CSGN 22.26 -1.11%) à Genève. C’est ce qui ressort d’un document du Ministère de la justice égyptien dont «Le Matin Dimanche» a obtenu une copie. Un autre compte des deux frères chez BNP Paribas (Suisse) SA comporte pour sa part plusieurs dizaines de millions de francs.

Espérons que cet argent fruit du pillage de la famille Mubarak contre le peuple égyptien, reviendra dans son pays d’origine pour contribuer à sa mise en valeur et à son développement  Information qui me remplit de joie. Malheureusement, il ne s’agit que d’une goutte dans un océan. Tant le pillage a été minutieux et durable. En juillet dernier, le site digitaljournal.com n’estimait-il pas que:

 L’Ancien président de l’Egypte, Hosni Moubarak, avait une fortune de 70 milliards de dollars dans des banques étrangères, selon un rapport publié par les renseignements généraux de la Commission nationale de sécurité.

Plus tôt cette année, j’avais cherché à savoir combien nous coutent ceux qui

Un des pères de l'indépendance africaine. Photo de l'auteur
Jomo Kenyatta doit se retourner dans sa tombe! Photo abkodo2

nous gouvernent. C’est un exercice très difficile, encore plus en Afrique, à cause de l’opacité qui le couvre d’un brouillard très épais. En outre, les données varient selon les sources.

Dans un billet publié sur dakaronline.net, Sabine Cessou, pense que :

 En soi, la publication du salaire présidentiel représente un bon signe pour la démocratie sud-africaine. Il en va de même au Kenya, où Mwai Kibaki gagne 2,5 millions de shillings (19.650 euros) ou encore à l’île Maurice, où Anerood Jugnauth touche plus modestement 2.970 euros, ou encore au Liberia, où Ellen Johnson-Sirleaf touche 5.550 euros.

….Le problème, c’est qu’on ne sait rien des émoluments de Joseph Kabila en République démocratique du Congo (RDC) ou d’Idriss Déby au Tchad…

Kokou AGBEMEBIO a écrit un billet l’année dernière sur les caisses noires des présidents africains sur le site rejadd.blogvie.com:

Combien gagnent-ils les chefs d’Etat africains ? Que coûte la présidence de la République dans le budget annuel ? Voilà bien des questions qui alimentent les polémiques sur le continent africain. ….

Dans un  billet publié sur lomezoom.mondoblog.org commentant la valeur déclarée des avoirs du Président Hollande, écrivait :

 Autant dire, qu’une des villas du président togolais suffirait à englober les

Meeting in the Oval Office June, 26, 2003, Pre...
Le PM Anerood Jugnauth de Maurice avec J. W Bush en 2003. (Photo credit: Wikipedia)

1,18 millions d’euros du président François Hollande. Les 13532 euros mensuels ne sont que de l’argent de poche pour les enfants et proches du président….

Pour le commun des togolais, le patrimoine du président, et celui du pays, ne font qu’un (excepté  les dettes) ; un compte commun où ce dernier peut puiser à volonté

Dans son article déjà cité Sabine Cessou révèle que:

En Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo gagnait 14.640 euros lors de ses dernières années à la présidence. A peine 300 euros de moins que feu Omar Bongo, le président du Gabon, un pays qui brasse les pétrodollars. Les salaires de leurs successeurs respectifs, Alassane Ouattara et Ali Bongo Ondima, ne sont pas connus. L’opacité la plus totale reste la règle, à travers le continent.

Quand les salaires officiels sont publiés, comme au Burkina Faso (2.545 euros pour Blaise Compaoré) ou au Zimbabwe (1.100 euros pour Robert Mugabe), beaucoup se demandent quels sont les revenus « réels » du chef de l’Etat. Au Sénégal, Abdoulaye Wade gagne officiellement 568.000 francs CFA (soit 866 euros)… Problème: d’autres fonds sont alloués budgétairement à la présidence, dont les montants restent secrets.

D’après le site therichest.org, Raila Odinga est l’homme politique qui détient le troisième salaire le plus élevé des chefs d’état et de gouvernement, avec $427 886 par an. Il faudrait 107 ans au Premier ministre indien Manmohan Singh pour obtenir un tel montant!  Jacob Zuma, est le 11ème du monde avec $272 280, supérieur à ceux des chefs d’état de la Nouvelle-Zélande, de la Grande Bretagne, de Taïwan, de la Corée du sud et de l’Indonésie.

Wikipedia classe le Roi Mswati III (né prince Makhosetive Dlamini) du Swaziland (dont 70 pour cent des 1,1 million de sujets vivent avec deux dollars par jour ou moins) parmi les hommes d’état les plus riches du monde, avec 100 millions de dollars en 2011 C’est simplement 10 fois plus que Obama (en 2010), Président des États-Unis d’Amérique!!! Parmi les anciens chefs d’état les plus riches, le Nigeria arrive à en placer deux: Ibrahim Babangida et Sani Abacha.

Sous feus Sékou Touré à Lansana Conté, en passant par le capitaine Moussa Dadis Camara et le Général Sékouba Konaté, l’opacité aura été la règle sur le salaire présidentiel. …. Le Président Alpha Condé, à peine un an au pouvoir, n’a pas lésiné sur les moyens pour effectuer de nombreux voyages à l’étranger.

#1 CONDE commentant le même article, émet ce jugement:

Pour être honnête, ces Présidents se moquent de nous. C’est une insulte totale de voir un Président de la République qui se dit soucieux du devenir de son pays prendre une somme aussi faramineuse. Comme le disait JMD (Justin Morel Junior), aucun de ces Président ne merite de diriger l’Afrique. Au moins, courage à ceux qui ont accepté de publier leur salaire même si l’on sait qu’il y a des caisse noires. M. le Président de la République de Guinée, il vous faut quoi pour dire tout juste ce que les guinéens vous accorde? C’est aussi un signe de la bonne gouvernance et de la transparence.

Bien que presque la totalité des pays africains ne centrera pas les huit objectifs du millénaire du développement, les extravagances couteuses de leurs présidents hypothèquent lourdement l’avenir de leurs peuples. C’est comme s’ils étaient tous pris en otage par des ennemis, auxquels le autres dirigeants du monde déploient le tapis rouge et tous les honneurs qui devraient être réservés à des gens honnêtes et respectables.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s