Guinée: Sékou Touré, un tyran sanguinaire adulé 26 ans après sa mort

Ce 26 mars 2012, il y a 28 ans, jour pour jour, le premier président guinéen, Sékou Touré, mourait. Sous son régime, la Guinée, fut soumise à une dictature familiale implacable empêchant tout progrès. Elle connut les pages les plus sombres de son histoire dont les séquelles, près de trois décennies après, restent profondes sur les mentalités et dans de nombreux domaines de la vie sociale et économique la Guinée. Comme chaque année, les héritiers de son régime sanguinaire se sont efforcés de présenter ce tyran comme un héros national immaculé. La vérité fut toute autre et elle doit être dite et répétée afin que les jeunes générations soient protégées contre tout révisionnisme.

Un des thèmes du symposium de cette année a été la souveraineté de la monnaie nationale. Les orateurs se sont bien gardés de révéler que trois des quatre gouverneurs de la Banque centrale que le pays connut de 1960 à 1970 furent emportés par les purges du parti-Etat, le PDG. Baldet Ousmane (1960-1963) fut pendu publiquement. Elhadj Mahmoudou Fofana (1963-1969) fut incarcéré pendant neuf ans au camp Boiro. Balla Camara (1969-1970), un des artisans de l’administration guinéenne, fut fusillé sommairement. Ils ont été ensevelis dans des fosses communes dont leurs familles ignorent toujours les emplacements. Aucune réhabilitation de la mémoire de ces héros n’a encore été entreprise.

Un autre paradoxe du symposium de cette année a été une soirée culturelle pour célébrer la création de la JRDA (Jeunesse de la révolution démocratique africaine). Or, un des tout premiers responsables de la JRDA, Tibou Tounkara, a fini dans une fosse commune.

A ce symposium sont invités les compagnons de l’indépendance encore en vie. Pourtant Sékou Touré les avait tous trahis, et avec eux la Guinée toute entière. Avec Sékou Touré, tout reposait sur la démagogie, la tromperie et la duplicité. Il parlait de pouvoir du peuple alors que le pouvoir était fortement centralisé entre les mains des membres de sa famille. Il disait aimer son peuple mais le soumettait à la terreur. Il avait traité les Guinéens comme des enfants dénués de capacité de penser.

Sékou Touré et certains des membres de sa famille ont privé la Guinée des forces vives dont elle avait besoin pour progresser, en les éliminant par vagues ou en les contraignant à l’exil. Ils avaient fait de la Guinée un camp de concentration à ciel ouvert.

Les maux dont souffre la Guinée et qui plombent durablement son devenir trouvent sans conteste leurs racines dans le régime de Sékou Touré. Le président Alpha Condé a dit qu’il a hérité d’un pays mais pas d’un Etat. Nous n’avons aucune difficulté à le croire car cette situation est une séquelle de l’ancien régime : le Parti était au dessus de l’Etat et la famille présidentielle au dessus du Parti. Les conséquences après la mort du tyran sont l’anarchie administrative, la gabegie et leurs corollaires.

L’association des victimes du Camp Boiro demande que toutes les victimes des violences extrajudiciaires de l’état soient réhabilitées pour qu’il y ait une véritable réconciliation dans notre chère patrie et que les biens confisqués ou détruits soient rendus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s