Afrique-Chine: Amitié avec les gouvernants ne veut pas dire amis des peuples

Le site online de la Radio Chine Internationale (RCI) a publié un billet de l’agence de presse officielle du pays du Président Mao vantant les mérites des investissements de  la Chine pour les pays africains. Ces investissements seraient basés sur « les principes d’amitié, de libre consentement, d’égalité et de bénéfice mutuel, au lieu de s’ingérer dans les affaires intérieures des pays africains, tout en respectant les voies de développement choisies par ces derniers. »

Si pour les premiers points qui qualifient ces investissements il est difficile de contester que le choix d’investir en Afrique est dicté par ces principes, il aurait été étonnant si ces motivations avait d’autres principes. Mais c’est valable pour tous les autres pays. On ne peut pas coopérer avec ses ennemis, ni par la force ni sans des intérêts réciproques. Pour ce qui est de la non-ingérence dans les affaires intérieures des pays africains, cela équivaut au renforcement des cliques au pouvoir et ne va pas nécessairement dans l’intérêt des populations. Le principal soutien parmi les grandes puissances aux pires dictateurs africains est toujours la Chine. Au Conseil de sécurité, c’est toujours la Chine qui bloque l’approbation de sanctions contre des dirigeants africains despotiques. Le Président soudanais Omar el-Béchir par exemple, malgré les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité au Darfour pour lesquels la Cour pénale internationale de La Haye a délivré en 2009 un mandat d’arrêt est reçu en grande pompe en juin 2011. Souvent, les investissements publics tiennent plus compte de la volonté des dirigeants que des critères économiques. Être ami des prédateurs de la liberté n’est pas être ami des africains.

L’article donne les valeurs des échanges économiques globaux entre la Chine et l’Afrique et son évolution dans le temps. On apprend ainsi que d’après un Livre blanc publié par le gouvernement de Pékin sur l’Afrique que:

la Chine a commencé à investir en Afrique dans les années 1980, les investissements directs chinois répartis dans 49 pays africains passant de 490 millions de dollars fin 2003, à 9,33 milliards de dollars fin 2009.

Toujours d’après cet article le groupe sud-africain Standard Bank prévoit que les échanges entre la Chine et l’Afrique devraient atteindre 50 milliards de dollars d’ici 2015.

Selon cet article:

En Guinée, par le biais du CIF qui a investi 50 millions de dollars, la Chine a contribué à la mise en place d’ une nouvelle compagnie aérienne, Air Guinée International. Le CIF investit aussi en Guinée dans le transport ferroviaire, le logement et la cimenterie.

Pour lire l’article sur les investissements chinois en Afrique cliquer ici.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s