Afrique: L’UJAO exprime sa solidarité avec les journalistes tués et aux victimes des dictatures

A l’occasion de la  Journée mondiale de la liberté de la presse, célébré le 3 mai 2011, l’Union des Journalistes de l’Afrique de l’Ouest (UJAO) a exprimé sa solidarité avec les camarades tombés de la région, et ceux victimes de menaces, de harcèlement et de législations liberticides en Côte d’Ivoire, au Togo, en Sierra Leone et au Sénégal.

Cette année comme au cours des années précédentes, les journalistes de l’Afrique de l’Ouest ont été torturés, victimes de représailles et pris pour cibles simplement à cause de leurs travaux. L’UJAO est profondément préoccupée par les dernières initiatives du Sénégal qui était naguère réputé être le pionnier de la démocratie dans la sous région et qui utilise des subterfuges légaux pour menacer la liberté d’expression. Les récents développements de la situation au Ghana, en Sierra Leone et au Togo sont des motifs de préoccupations également. L’UJAO appelle les Etats membres à respecter leurs engagements sur la protection et la promotion de la liberté de la presse.

L’UJAO se réjouit également des initiatives de l’année écoulée au cours de laquelle les journalistes ont travaillé en étroite collaboration avec les institutions africaines, notamment l’Union Africaine, la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples et la CEDEAO, pour concevoir ensemble des projets de résolution et des projets de loi sur la sécurité des journalistes et l’accès à l’information. Nous espérons que nos Etats respectifs et groupes de citoyens concernés complèteront les efforts des journalistes en apposant leurs signatures pour matérialiser ces aspirations des peuples de l’Afrique de l’Ouest.

L’UJAO appelle les gouvernements du Nigéria et du Niger à emboîter le pas aux dirigeants du Liberia en signant la loi sur la liberté de l’information.

Nous appelons également le gouvernement du Président élu de Côte d’Ivoire M. Assane Ouattara à éviter des mesures de représailles contre la presse proche du gouvernement de l’ancien Président M Laurent Gbagbo.

Nous sommes de cœur avec la famille du journaliste gambien porté disparu Chief Ebrima Manneh et celles des collègues tombés. L’UJAO étend sa solidarité à ses collègues assassinés, portés disparus et détenus en Erythrée et exprime sa disponibilité à participer aux initiatives des la Fédération Africaine des Journalistes (FAJ) pour l’amélioration de la situation des journalistes et des médias dans le pays.

L’UJAO appelle toutes ses organisations membres à poursuivre les efforts de renforcement des syndicats, de maintien de l’unité et à défendre de façon significative les intérêts des journalistes de l’Afrique de l’Ouest.

Source:

Union des Journalistes de l’Afrique de l’Ouest
17, Boulevard de la République
BP 21722
Dakar Ponty
Senegal
wajaujao (@) yahoo.fr
tél: +221 33 842 42 56
téléc: +221 33 842 02 69

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s