Guinée: Violences post-électorales

Des gens aux noms de famille non peuls, mais qui ne parlent aucune autre langue que le peul aurait été victimes de violences et forcés de quitter la ville, à Pita. Où ces gens pourraient-ils aller, n’ayant aucune autre ville d’origine? Ce qui rend cette histoire encore plus triste, c’est que certains des auteurs des violences ont été victimes à Siguiri ou ailleurs en Haute Guinée. C’est le nettoyage ethnique qui se poursuit. A cette allure vers où se dirige le pays?

Une des villas de mon cousin Ousmane Bah aurait été saccagée, l’autre demi-détruite. Un de nos cousins communs qui lui ressemble a dû se cacher chez mon frère Bah Mamadou Lamine du Lynx.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s