Guinée: Une date contestable pour le second tour

La nomination du Général malien Siaka M. Sangaré à la tête de la CENI en Guinée a été la meilleure solution pour sortir cette institution-clé dans le processus de restauration d’un état de droit de la situation difficile dans laquelle elle se trouvait depuis la fin du deuxième tour des élections présidentielles. Le Général présente plusieurs avantages: de par son expérience électorale ainsi que par le niveau intellectuel et militaire il est en mesure d’inspirer du respect aussi bien aux civils qu’aux militaires. En principe, il ne devrait pas avoir pas d’intéret à voir tel ou tel autre candidat prévaloir.

Cependant, c’est une erreur que le Général Sangaré vient de commettre en décidant de la date du second tour sans tenir compte des hésitations de la coalition du parti du candidat qui jouissait d’une bonne longueur d’avance et dans lequel s’identifie une bonne partie des Peuls, l’ethnie majoritaire.

Les hésitations de cette coalition ont tout de même une base bien objective après les violences inter-ethniques qui ne peuvent pas ne pas avoir provoqué des déplacements de populations qui concerneraient principalement les Peuls. En effet, cette ethnie représente 40 pour cent de la population dans son ensemble, mais étant très mobile, elle est dispersée dans tout le pays et de ce fait très vulnérable à des attaques lors de violences. A part Conakry, les violences ont eu lieu dans des régions où les Peuls ne sont pas majoritaires. C’est donc naturel de penser que comme dans le passé certains d’entre eux ont préféré abandonner leurs biens pour sauver leurs familles et ont probablement regagner leur région naturelle, où même en cas de violences ils ne seraient pas minoritaires.

Comme les électeurs ne peuvent voter que dans la circonscription de leur résidence habituelle, ceux qui se trouveront en dehors de la leur ne pourront pas exercer leur droit de vote, si à la date du second tour, ils se trouvaient ailleurs dans le pays.

Il est donc urgent que nos généraux et les alliances des partis politiques se consultent pour fixer une nouvelle date qui prennent en compte les préoccupations de l’alliance « Cellou Dallein Diallo Président ». Dans le cas contraire l’issue du scrutin du deuxième tour, risque d’être exposée à de sérieuses critiques, voire des violences dont le pays n’a aucunement besoin. .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s