Guinée: Article XIX diagnostique notre liberté d’expression

Article XIX vient de publier son rapport sur la liberté d’expression en Guinée, intitulé Guinée : « Les Journalistes Victimes Oubliées Des Exactions relate les exactions, intimidations et harcèlements subis par les journalistes guinéens pendant et après les événements du 28 septembre ».

L’organisation analyse également le cadre juridique qui régit la liberté d’expression au cours de ces dernières décennies et se félicite de son amélioration avec les deux lois sur la liberté de la presse et la création de la Haute Autorité de la Communication (HAC) du 22 juin 2010 promulguées par le Conseil National de la Transition.

Elle procède aussi au diagnostic des différentes formes d’entraves à la liberté d’expression. En voici quelques extraits publiés par le site ifex.org:

« 3.1 Entraves socio-économiques et culturelles
L’analphabétisme était estimé à 62% en l’an 2000 quand était lancé le programme «􏰀Education pour tous􏰀» de l’UNESCO. Cela ne signifie toutefois pas que les 38% alphabétisés sont des lecteurs et ont accès aux journaux. Le prix des journaux qui est en moyenne de 1 000 francs guinéens, (0,7€) dans un pays classé 160ème sur 177 à l’Index de Développement Humain et où 53,6% de la population vivent en dessous du seuil de pauvreté peut s’avérer rédhibitoire.

La distribution􏰀: il n’existe pas de circuit organisé de distribution des journaux. Le journal gou- vernemental bénéficie d’un système d’abonnement forcé alors que les journaux privés doivent organiser par leurs propres moyens un système informel de distribution qui se limite principale- ment à la seule capitale, Conakry. Le distributeur local, qui semble le plus organisé, SOGUIDIP, explique l’absence de distribution en province par les arriérés de versement des distributeurs locaux.

L’impression constitue aussi un véritable défi qui a conduit le premier groupe de presse du pays, Lynx/Lance, à se doter de sa propre imprimerie pour pouvoir imprimer ses deux organes. En l’ab- sence de rotative, les tirages sont limités, les coûts élevés notamment à cause du papier acheté en petite quantité et devant être payé au comptant, en devises, pas toujours faciles à obtenir.

Un faible taux de pénétration : Le tirage cumulé des journaux ne serait pas supérieur à 30􏰀000 exemplaires, selon l’Institut PANOS Afrique de l’Ouest. Certains journaux sont tirés à 500 exem- plaires. En l’absence d’un office de distribution des journaux, il est difficile d’établir le tirage total des journaux. Chaque organe surévalue son tirage pour attirer les annonceurs.

La montée de l’ethnocentrisme : Le 4 novembre 2008, le Président du CNC a procédé à la fermeture de la radio communautaire Familia FM. Le motif de la fermeture de la radio Familia est dû, selon le président du CNC, Mounir Camara, au non respect du contenu de son cahier de charges et à l’incitation des gens à la violence, à travers des émissions interactives très passionnées et révoltantes.

Ces mêmes raisons ont été invoquées par plusieurs responsables des radios pour justifier leur décision autonome d’arrêter leurs émissions interactives juste après les événements du 28 septembre 2009.

3.2. Entraves liées au déficit de formation professionnelle
La formation des journalistes : Selon plusieurs de nos contacts lors de la mission, la majeure par- tie des journalistes «environ 60%􏰀de ceux qui exercent􏰀n’ont aucune formation journalistique et ignorent tout de l’éthique et de la déontologie de la profession»

La formation à la sécurité : Les événements du 28 septembre 2009 ont révélé chez la quasi- totalité des journalistes guinéens l’ignorance totale des notions élémentaires de sécurité. Seuls quelques journalistes de «􏰀la génération qui ne sont plus sur le terrain􏰀» et les correspondants de médias internationaux ont bénéficié de formation à la sécurité physique pour les aider à faire face aux risques liés à l’exercice de leur métier dans des environnements hostiles ou des situations de crise.

Dans les rédactions, malgré la tension et les risques évidents de violence – puisqu’en 2007 déjà les manifestations avaient fait plus d’une centaine de tués-, les journalistes ont risqué inconsciemment leur vie et c’est miracle qu’il n’y ait pas eu de mort parmi eux. Dans les rédactions, on ne savait même pas quels journalistes étaient au stade le 28 septembre 2009. Des stagiaires, non embauchés, non salariés y sont allés, pour accompagner les reporters. Ce n’est toutefois pas une spécificité guinéenne. C’est la même chose dans tous les pays ouest africains.

3.3. Entraves juridiques
Les dispositions sur la diffamation notamment contre les personnes qui exercent des fonctions publiques ont été souvent utilisées de manière abusive pour réduire les journalistes au silence. »

ARTICLE 19 est une organisation non-gouvernementale ayant son siège à Londres et des bureaux dans le monde entier. Fondée en 1987, elle tire son nom de l’Article 19 de la Déclaration Universelle des droits de l’homme et se fixe comme objectif la lutte contre toute entrave à la iberté d’expression.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s