Guinée: L’alliance contre nature entre le PEDN et l’UFDG démentie

Le journal l’Observateur avait publié une information selon laquelle le Parti de l’Espoir pour le Développement National de l’ex Premier ministre de consensus Lansana Kouyaté et celui d’un autre ex PM de feu Général Lansana Conté, Cellou Dalhein Diallo, l’Union des forces démocratiques de Guinée (UDFG) aurait formé une alliance en vue des élections du 27 juin prochain. Cette information aurait paru à plus d’un guinéen comme inquiétante. M. Kouyaté ne cachant pas ses sympathies pour le lourd héritage politique du dictateur sanguinaire Sékou Touré, toute alliance entre lui et un autre parti, à plus forte raison avec celui qui semble drainer la majorité des Guinéens de l’ethnie peulhe qui paya contre laquelle le dictateur avait déclaré la guerre, ne serait pas dans l’intéret du peuple de Guinée dans son ensemble. Avec Kouyaté ce sont les démons du passé qui reviendraient troubler nos rêves, alors qu’ave Cellou Dalein Diallo, malgré qu’il fut considéré par de nombreux Guinéens comme le béni « Oui-oui » de Conté qui l’appelait son petit peulh, d’après moi tout ne serait pas perdu.

Heureusement que dans un communiqué daté du 3 juin, le bureau exécutif du PEDN a formellement démenti l’existence d’une telle alliance. Dans ce communiqué le bureau déclare « Une alliance ne peut être que le résultat d’une concertation, d’une négociation et d’une entente entre deux ou plusieurs organisations politiques. Or, nous n’avons jamais entamé un processus du genre avec l’UFDG. Nous entendons participer pleinement à l’élection présidentielle au premier et au deuxième tour. Rien n’entravera notre détermination à cet effet.

2 réflexions au sujet de « Guinée: L’alliance contre nature entre le PEDN et l’UFDG démentie »

  1. Ce ci ne serait être « une alliance contre nature ». c’est simplement un jeu politique qui ne peut être ni surprenant ni inquiétant dans la vie d’une nation. En tout cas si les deux partis y trouvent leur intérêt. La réalité guinéenne d’aujourd’hui ne peut permettre à kouyaté d’être Sekou Touré encore moins à cellou d’être Lansana Conté. Que chacun d’entre eux se réclame fils spirituel de l’un ou de l’autre, ces idéaux s’ils sont positifs, ils seront les bienvenus et si c’est le contraire ils ne peuvent être présentés aux guinéens sous quelque forme que ce soit car le guinéen de 2010 est très diffèrent du guinéen de 1958.

    A mon avis, il serait beaucoup plus objectivement intéressant de voir cela comme un signe de consolidation de l’unité nationale et de progrès démocratique. Vous le savez autant que moi qu’une alliance- quelle soit vraie ou fausse- entre ces deux partis serait un bon exemple mettant l’intérêt de général ou d’une grande majorité de guinée au dessus de l’ethnie. Cellou ne s’est jamais présenté comme étant un symbole ou le leader d’une communauté qui a été l’unique victime des dictatures en guinée. Il en est de même pour Kouyaté qui ne s’est jamais présenté comme le futur président qui va reconstruire le camp Boiro.

  2. Je ne vois pas en quoi une alliance entre d’un coté, un leader comme Kouyaté, revendiquant le lourd l’héritage politique du PDG et de sa clique de tueurs et, de l’autre, un parti dans lequel se reconnait une bonne partie des citoyens appartenant à l’ethnie ciblée de ces assassins, pourrait servir les intérets du peuple de Guinée. C’est vrai que tous ces leaders ont été moulés dans ce que fut le PDG et ce qui l’a suivi, qui n’était que la continuation du même système auxquels ils ont appartenu et servi tous les deux, remis au gout du jour. Certains ne disaient-ils pas que le système Conté était le PDG avec le libéralisme économique en plus?

    Si l’un d’entre eux se présente avec la revendication du passé qui nous a conduit dans l’impasse actuelle, ce serait une bonne raison pour que les Guinéens s’en méfient car dans ce passé politique il n’y a rien qui puisse nous rendre fiers. Ce passé est bon pour être jugé par l’histoire afin que notre peuple reprenne confiance en son avenir, en commençant par panser ses blessures: reconnaissance des graves violations des droits humains commises depuis l’indépendance, identification des fausses communes, restitution des biens volés par le PDG et son système tortionnaire, réhabilitation des victimes et réconciliation nationale.

    Ce serait pour le bien de la Nation que tout leader se prétendant à la magistrature suprême de la Guinée ait en tête que la négation de ce lourd passé ne peut servir à la reconstruction d’un futur viable pour le pays.

    Lansana Kouyaté, lorsqu’il était PM a revendiqué la partie la plus pénible de ce lourd passé. Il a participé même à des manifestations à la mémoire du dictateur et il n’a jamais fait un geste pour honorer la mémoire des victimes de tout le passé.

    Que Cellou Dalein Diallo ne se soit jamais présenté comme le leader d’une partie seulement des Guinéens et non de tous les Guinéens va à son honneur. Mais c’est difficile de nier que la majorité de son ethnie ne se reconnaisse pas en lui. Et Sékou Touré avait déclaré la guerre justement contre cette ethnie.

    Une alliance entre ces deux leaders, à mon avis serait contre nature. Tant que Kouyaté ne se sera pas démarqué des crimes du passé, il restera le leader d’une partie des Guinéens et non de tous les Guinéens.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s