Guinée: Pour nous diriger, faut-il avoir un passé douteux?

Ainsi c’est dans la salle de conférence du ministère de l’Administration et du Territoire à Conakry, que la CENI (Commission électorale nationale indépendante) a posé l’ultime condition pour être candidat aux élections présidentielles du 27 juin prochain. En
Tout candidat à la présidence de la République doit être de nationalité guinéenne de naissance ; de jouir de ses droits civils et politiques;et d’être âgé de quarante ans au moins et de soixante dix ans au plus à la date du dépôt de la candidature, il faudra déposer une caution de 500 millions de Francs guinéens pour aspirer à diriger notre pays.

Dans un pays pauvre comme la Guinée, ne peuvent se permettre de payer une caution de 500 millions de francs que ceux qui ont eu des affaires avec le gouvernement ou ont carrément occupé des postes de hautes responsabilités, c’est-à-dire ceux qui ont plongé le pays dans la … dans laquelle il se trouve.

C’est pour cela que le prochain président sera un des anciens Premiers ministres ou un des leaders des plus anciens partis à base ethnique ou un homme d’affaires qui s’est enrichi dans des affaires louches de passation de marchés de gré à gré, en toute illégalité.

Nous aurons donc le choix entre des dirigeants qui ont démontré leurs limites et qui sont entrés dans les hautes sphères de l’état, mais en sont sortis riches; la Guinée restant encore plus pauvre, les populations n’ayant pratiquement pas d’accès aux services sociaux de base, en particulier ni à l’eau ni à l’électricité. Pour élargir le choix, il y aura des dirigeants politiques devenus opposants de profession, mais aux poches remplis d’argent par des contributions d’origine obscurs et des hommes d’affaires véreux, compris avec les régimes dictatoriaux qui se sont succédés à la tête du pays depuis l’indépendance.

Espérons seulement que le mixage ethnique et culturel découlant des mariages et des amitiés leur empêchera de jouer la carte ethnique pour essayer d’avoir des voix. En Afrique, l’instrumentalisation politique des différences n’a jamais porté que des destructions, des viols et des deuils.

La CENI ne pouvait-elle pas nous offrir une autre alternative?

2 réflexions au sujet de « Guinée: Pour nous diriger, faut-il avoir un passé douteux? »

  1. tokora il est dificile de faire comprendre les gens dans un pays comme la guinee je trouve ça domage cest une forme de tricherie je pense que le changement est loin detre faite en guinee avec cette decision de la ceni il nous faudra du temps encord pour que la guinee retrouve la vie normale avec la voie de la democratie

  2. La somme a été finalement fixée à 400.000.000 de Fr. Je pense que la mesure est salutaire pour arriver à une décantation de cette pléthore de partis qui atomisent la vie politique guinéenne. L’argent sale rentrera dans ces élections, avec ou sans cette somme donc je crois que c’est un moindre mal. Quant à la carte ethnique, aucun leader ne la jouera car ils savent qu’aucune communauté ethnique n’est vraiment majoritaire en Guinée et la probabilité que tous les membres d’une communauté votent pour le même leader est très faible.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s