Konakry: Que s’est-il passé le 28 septembre ?

Ce blog est destiné à recueillir les témoignages des Guinéens de Konakry la capitale et d’autres villes guinéennes où ont eu lieu des manifestations sur les événements de fin Septembre 2009. Les communications avec la Guinée étant aléatoires, nous rassemblons ici des témoignages (non vérifiés) via téléphone ou messagerie Skype.
Si des Guinéens souhaitent transmettre des témoignages à retranscrire ici, merci d’envoyer votre message via ce blog ou a briconcella arrobase gmail point com.
B.R. (médecin) – témoignage via Skype :

vous savez des 9H30 j’étais sur les lieux de la manifestation il n’y avait pas trop de monde à cause de la pluie et les gens sortaient de chez eux tranquillement.Les premiers arrivés ont rencontre les forces de l’ordre deja en position en grand nombre au stade . Je m’excuse, on m’appelle, je dois y aller.

A.B.(retraité) – témoignage via Skype:

Ce dont la presse ne parle pas et qu’un médecin que j’ai eu regrette, c’est les viols contre les femmes de tout âge par des militaires qui se comportent comme des drogués

Un autre témoignage:

Le correspondant de France5 dans une correspondance de Conakry affirme avoir vu des corps tomber et des femmes qui se déshabillaient. C’est usuel en Guinée, lorsque les femmes sont en colère, elles se déshabillent pour montrer aux hommes d’où ils sont sortis. C’est une malédiction pour eux de voir leurs « mères » nues. Le correspondant était blessé et il se faisait soigner dans une concession, auprès d’une famille.

D’autres témoignages (audio) enregistrés par la radio RFI le 29 septembre.
Oumar (Guinéen en Europe) le 29 sept.

Depuis hier je n’arrive pas à joindre ma famille à Conakry, les lignes sont saturées ou perturbées, je ne sais pas. Je crains qu’on ne saura jamais le nombre de victimes car d’un côté des militaires sont venus voler des corps des morgues pour empêcher tout comptage. De l’autre, vu le manque d’électricité, il est impossible de garder longtemps des corps. Autre inconvénient d’ordre religieux : en terre d’Islam, on enterre très vite, beaucoup de morts ont déjà été enterrés à la sauvette hier soir

.

Plus tard, j’ai pu joindre ma cousine au téléphone qui confirme tout ce qui s’est passé hier, y compris les viols au stade et dans les quartiers de la ville et les vols de cadavres dans la morgue. Selon elle, aujourd’hui il y a un calme relatif mais dans la haute banlieue d’où viennent une bonne partie des manifestants, il y a encore des coups de feu, donc des exactions sont toujours possibles. Les gens essaient de récupérer leurs morts.

Mercredi 3O septembre, vu sur le site « Observateurs » de France 24:
Noel Etienne Gnimassou est technicien dans une usine d’aluminium à Fria.

J’avais commenté pour les Observateurs la situation en Guinée en décembre 2008, à la mort du président Conté, et j’avais dit que ce pays avait besoin de changement.
On a voulu y croire, on a espéré que la situation du pays évolue favorablement, mais neuf mois plus tard, il faut se rendre à l’évidence, c’est une vraie déception. L’économie tourne toujours au ralenti, tout comme l’usine d’aluminium où je travaille, à Fria, au nord de Conakry.
Le capitaine Camara est incompétent pour le poste. Il s’est contenté de travailler pendant les trois mois qui ont suivi sa prise de pouvoir : il a lutté contre la corruption, il a mis à la retraite les vieux généraux fidèles au président Conté et il s’est attaqué au trafic de drogue. Mais passé cette période, il a commencé à se sentir à l’aise dans le fauteuil de président. Depuis six mois, on se doute qu’il ne va pas tenir sa promesse et qu’il rêve de devenir président. On en est sûr aujourd’hui, il veut se présenter. Je pense d’ailleurs que son entourage l’a poussé à y aller quand il hésitait.
Quand il dit ne pas contrôler l’armée, il tente de minimiser sa responsabilité dans le massacre, mais il a en partie raison. Personne ne peut contrôler toute l’armée ici, c’est plus une bande armée qu’une véritable armée. Les deux journées de deuil national qu’il a instauré mercredi et jeudi ne sont qu’une grande hypocrisie. Il fait cela pour amadouer la communauté internationale car il a peur de sa justice.
Le 28 septembre, de nombreuses personnes de Fria ont répondu à l’appel des leaders de l’opposition et se sont rendus au stade de Conakry. Plusieurs ne sont pas revenus. »

Publicités

2 réflexions au sujet de « Konakry: Que s’est-il passé le 28 septembre ? »

  1. Après la boucherie de Lundi, la seule chose que la communauté internationale peut faire pour le peuple de guinée en danger, c’est de mobiliser une force militaire d’interposition entre les civils et les militaires guinéens, nous aider à désarmer cette armée cause de tous les maux de l’histoire de la Guinée, à séparer le bon grain de l’ivraie et enfin réhabiliter une armée républicaine, digne, ordonnée, disciplinée sous le contrôle des civils qui l’ont créée !

  2. J’ai parlé ce matin avec plusieurs personnes à Conakry. Tous ont confirmé la faible circulation, la fermeture des magasins entrainant la hausse des prix courses des taxis et la hausse des prix des produits alimentaires des rares vendeurs/ses ambulantes.

    Un journaliste du Lynx m’a dit avoir du payer un litre d’essence à trois fois son prix officiels, le 29 septembre, après avoir cherché vainement une station d’essence ouverte.

    De source bien informée, un haut fonctionnaire de la Banque centrale, qui tentaient de porter du secours a été tué ce matin.

    Que peux-tu nous en dire, Madani, toi qui habite non loin d’une des grandes artères dans la zone résidentielle de Conakry.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s